4 octobre 2021

La santé à domicile en danger : les PSAD tirent la sonnette d’alarme

En 10 ans, le nombre de patients bénéficiant d’une prestation de santé à domicile a triplé, passant de 800 000 à 2,5 millions. Les prestataires de santé à domicile permettent aux patients de sortir de l’hôpital plus rapidement, en leur assurant une prise en charge à leur domicile avec les meilleures conditions de sécurité. La santé à domicile est une aspiration forte partagée par les Français.
Pourtant, en 10 ans, le budget alloué pour chaque patient traité à domicile par la solidarité nationale a été réduit de plus de 30 %.

Si jusqu’à présent les prestataires de santé à domicile ont réussi à maintenir le niveau de qualité et de sécurité indispensables à leurs patients, les baisses de remboursement successives imposées par le Gouvernement et celles à venir mettent clairement en péril leur capacité à les maintenir. Rogner sur les dépenses alors que les besoins augmentent n’est plus soutenable. C’est dangereux pour les patients. C’est dangereux pour les structures, où 4 000 emplois, sur 32 000, sont d’ores et déjà menacés par les mesures en cours
La FEDEPSAD, l’UPSADI, et le SNADOM publieront dimanche dans le JDD une lettre ouverte aux Français pour les alerter des conséquences de cet acharnement tarifaire qui hypothèque l’avenir de la prestation de santé à domicile.

Réduire les moyens des soins à domicile c’est :

Moins d’interventions et moins de services au bénéfice des patients,
Moins de choix dans les dispositifs médicaux mis à disposition, moins de personnalisation et plus de difficulté d’adaptation,
Moins de temps dédié à chaque patient : les robots prendront le relais de nos équipes, renforçant l’isolement des malades,
Davantage de temps passé à l’hôpital.
À ce rythme, la Santé à domicile, qui correspond pourtant à l’aspiration de 85 % de Français, est en danger. Comment, demain, les patients seront-ils pris en charge à leur domicile ? Et par qui ?

La FEDEPSAD, l’UPSADI, et le SNADOM, qui ont lancé une mobilisation nationale le 6 octobre, appellent les français qui partagent comme nous la conviction que la santé à domicile ne doit pas être sacrifiée, à signer et partager en masse la pétition citoyenne « ma santé à domicile, j’y tiens, je la soutiens ».

Pour sauver la santé à domicile, la FEDEPSAD, l’UPSADI et le SNADOM réclament :

Deux mesures immédiates…
• La renégociation des conditions tarifaires et organisationnelles en cours
• Le gel des mesures d’économies inscrites au PLFSS pour 2022

…en attendant l’incontournable réponse structurelle attendue par le secteur, à savoir l’organisation d’un Ségur de la santé à domicile avec pour objectifs :

> Le changement des modèles de régulation permettant de conjuguer soutenabilité du système et qualité des prises en charge avec la négociation d’un accord-cadre avec le CEPS,
> La reconnaissance pleine et entière des PSAD comme acteurs dans le système de santé.

Les PSAD souhaitent que cette mobilisation permette une prise de conscience salutaire des pouvoirs publics et, dans le cas contraire, ils durciront leur contestation.

Le 6 octobre, jour de colère des PSAD

La FEDEPSAD, l’UPSADI, et le SNADOM ont enclenché un mouvement de contestation nationale pour se faire entendre. Cette contestation prendra la forme d’un « jour de colère », le 6 octobre, date symbolique de la présentation du PLFSS 2022 en Conseil des ministres.
Dans le détail, cette journée de mobilisation du 6 octobre, s’articulera autour :

• D’une journée de grève nationale sans pénaliser les patients. Les équipes poursuivront leurs missions et la continuité des prises en charge sera assurée. Un dialogue sera engagé avec les patients afin de les sensibiliser aux dangers qui menacent l’avenir de leurs soins à domicile pour les inviter à signer la pétition nationale ;
• D’une mobilisation dans les territoires en demandant aux représentants des trois organisations de sensibiliser leurs élus locaux, leurs parlementaires et les responsables de leurs ARS ;
• D’une manifestation nationale à Paris. Le départ depuis la place Denfert-Rochereau est prévu à 10 heures, puis le cortège se rendra au ministère de la Santé où il arrivera en fin de matinée ;
• D’une pétition nationale sur change.org pour mobiliser les patients, leurs aidants et le grand public sur la mise en danger de la santé à domicile.
Lien et QR code vers la pétition : https://chng.it/LVBV8M7N

Aller au contenu principal